UAM Faculté des sciences de la santé

UNIVERSITE ABDOU MOUMOUNI DE NIAMEY

 

BONNE ET HEUREUSE ANNEE 2009

BONNE

ET HEUREUSE

 ANNEE 2009

 A TOUTES ET

 A TOUS

 

Dans : Non classé
Par emfss
Le 4 janvier, 2009
A 1:11
Commentaires : 0
 
 

vascularisation du membre supérieur

vascularisation du membre supérieur doc vascularisationdumembresuprieur.doc

cliquer sur le liens précédent pour télécharger le cour

1. VASCULAIRE DES MEMBRES SUPÉRIEURS

1.2. Artère axillaire (a. axillaris)

Après avoir franchi le bord externe de la 1ère côte, l’artère sous-clavière devient l’artère axillaire jusqu’au rebord inférieur du grand pectoral où elle devient l’artère humérale. L’artère axillaire accompagnée de la veine axillaire et des branches principales du plexus brachial traverse en diagonale le creux axillaire. Lorsque le bras est pendant le long du corps son trajet est oblique en bas et en dehors et en arrière. Lorsque le bras est étendu horizontalement elle est rectiligne. En élévation complète du bras, on la palpe entre la tête humérale et le bord externe du tendon du grand pectoral. 

Ses collatérales principales sont : 

* issues de sa face interne et de haut en bas 

- L’artère thoracique supérieure destinée aux muscles pectoraux

- L’artère acromio-thoracique (a. thoraco acromialis) qui bifurque en une branche interne thoracique et une branche externe acromiale

- L’artère thoracique inférieure ou mammaire externe (a. thoracica lateralis) destinée au creux de l’aisselle. 

- L’artère scapulaire inférieure (a. subscapularis), volumineuse née à la jonction axillaire humérale. Elle donne une branche thoracique pour les muscles de la paroi interne du creux axillaire et une branche scapulaire qui franchit l’espace omotricipital sous le tendon du long biceps et gagne la fosse sous-épineuse où elle s’anastomose avec les artères scapulaire supérieure et scapulaire postérieure branches de la sous-clavière pour former le cercle anastomotique périscapulaire. 

* issues de la face postérieure au même niveau que l’artère scapulaire inférieure

* Les artères circonflexes (aa. circumflexae humeri) antérieure et postérieure souvent issues d’un tronc commun contournent le col chirurgical de l’humérus

 

1.3. Artère humérale (a. brachialis) 

Elle chemine dans la région antérieure du bras et du coude accompagnée de deux veines et du nerf médian, du bord inférieur du grand pectoral jusqu’au niveau de la tubérosité bicipitale du radius où elle bifurque en artère radiale et cubitale. On la palpe au 1/3 inférieur du bras dans le sillon formé par les muscles brachial antérieur et biceps. 

Elle émet de nombreuses collatérales musculaires et 5 branches principales

* rameau deltoïdien 

* artère nourricière de l’humérus 

* artère humérale profonde (collatérale externe) (a. profunda brachii). C’est la branche la plus volumineuse de l’humérale. Elle naît de la face postérieure de l’humérale à son extrémité supérieure et s’engage dans la gouttière radiale de l’humérus où elle chemine accompagnée du nerf radial. Au bord externe de l’humérus, au-dessus de l’épicondyle, elle se divise en 2 branches antérieure et postérieure qui vont participer au réseau artériel péri-épicondylien. 

* artère collatérale interne supérieure (a. collateralis ulnaris superior). .Elle naît un peu en dessous de la précédente et chemine dans la partie moyenne du bras, en arrière de la cloison inter-musculaire interne, accompagnée du nerf cubital. Elle participe au réseau artériel péri-épitrochléen en s’anastomosant avec la récurrente cubitale postérieure branche de l’artère cubitale. 

* L’artère collatérale interne inférieure (a. collateralis ulnaris inferior). Elle naît de l’humérale au-dessus du pli du coude, se dirige en bas et en dedans, et bifurque au-dessus de l’épitrochlée en 2 branches antérieure et postérieure anastomosées avec les récurrentes cubitales, participant au réseau artériel péri-épitrochléen. 

 

1.4. Artère radiale (a. radialis) 

C’est la branche de bifurcation externe de l’humérale dont elle continue la direction dans la loge antérieure de l’avant-bras où elle chemine accompagnée de 2 veines et de la branche antérieure du nerf radial. Elle naît 3 cm en-dessous de l’interligne du coude et longe le radius jusqu’à la gouttière du pouls. Elle franchit l’interligne radio-carpien et gagne sur la face dorsale du carpe l’extrémité supérieure du 1er espace inter-osseux. où elle s’anastomose à la paume de la main avec la cubito-palmaire branche de la cubitale pour former l’arcade palmaire profonde. Ses principales collatérales sont : 

* L’artère récurrente radiale antérieure qui monte dans la gouttière externe du pli du coude et s’anastomose avec la branche antérieure de l’humérale profonde

* L’artère transverse antérieure du carpe (ramus carpeus palmaris) 

* La radiopalmaire (ramus palmaris superficialis) : elle se détache de la radiale en regard de l’articulation radiocarpienne et se dirige vers la paume de la main où elle s’anastomose avec la cubitale pour former l’arcade palmaire superficielle. 

* Des artères du réseau dorsal (aa. metacarpae dorsales) 

- dorsale du pouce 

- dorsale du carpe (ramus carpeus dorsalis) 

- interosseuse dorsale du 1er espace  

 

1.5 Artère cubitale (a. ulnaris) 

Branche de bifurcation interne de l’artère humérale elle chemine dans la partie interne de la loge antérieure de l’avant-bras accompagnée de deux veines et du nerf cubital. Elle chemine du pli du coude à la paume de la main où elle s’anastomose avec la radiopalmaire branche de la radiale pour former l’arcade palmaire superficielle. 

Ses principales collatérales sont : 

* Le tronc des récurrentes cubitales (rami anterior/posterior) 

* Le tronc des interosseuses qui se divise en 2 branches antérieure et postérieure qui cheminent de part et d’autre de la membrane interosseuse et se rejoignent au niveau du poignet

* L’artère dorsale du carpe (ramus carpeus dorsalis) qui s’anastomose en arrière du carpe avec son homologue issue de la radiale (arcade dorsale du carpe)

* L’artère transverse antérieure du carpe (ramus carpeus palmaris) qui s’anastomose en avant du carpe avec son homologue issue de la radiale (arcade transverse antérieure du carpe). 

* L’artère cubito-palmaire (ramus palmaris profundis) qui s’enfonce au niveau de l’extrémité inférieure du pisiforme dans l’éminence hypothénar, et va s’anastomoser avec la radiale pour former l’arcade palmaire profonde. 

 

1.6. Artères de la main (1-15) 

La vascularisation artérielle de la main est assurée par 2 arcades palmaires (superficielle et profonde) et une arcade dorsale. Les différents systèmes communiquent entre eux par des anastomoses et des perforantes. Les variantes anatomiques sont très nombreuses. 

 

a. Arcade palmaire superficielle (cubito-palmaire) (arcus palmaris superficialis) 

Elle est classiquement formée par l’anastomose de l’artère cubitale et de la radiopalmaire branche superficielle de la radiale. Elle repose sur les tendons fléchisseurs des doigts. Dans 10 % des cas, l’artère du nerf médian (branche de l’inter-osseuse postérieure issue de la cubitale) y participe. L’arcade décrit une boucle anguleuse à convexité inférieure en projection du carpe et des têtes des 3e et 4e métacarpiens des 4 derniers doigts. Elle donne naissance aux artères digitales destinées aux 4 derniers doigts. (On les numérote d’après Rouvière de 1 à 4 du Ve au IIe doigt.) 

Un peu en dessous des commissures interdigitales elles se divisent en collatérale palmaire externe du doigt interne et collatérale palmaire interne du doigt externe  

(aa. digitales palmares). La 1ère digitale se prolonge par la collatérale interne du petit doigt. 

 

b) Arcade palmaire profonde (radiopalmaire) (arcus palmaris profundus) 

Elle est formée par l’anastomose de l’artère radiale et de la cubitopalmaire collatérale profonde de l’artère cubitale. Elle est située entre les deux plans des muscles profonds de l’éminence thénar. Elle décrit une large boucle qui se projette sur les têtes des métacarpiens. Elle donne : 

* des branches ascendantes articulaires 

* des branches postérieures perforantes 

* quatre artères inter-osseuses palmaires (une pour chaque espace inter-osseux) qui s’anastomosent avec les artères digitales à la commissure des doigts. La 1ère donne les collatérales palmaires interne et externe du pouce. 

 

c) Arcade dorsale du carpe (rete carpi dorsale) 

L’artère inter-osseuse postérieure et les collatérales dorsales issues de la radiale, plus rarement de la cubitale forment une arcade en arrière du carpe, sous les tendons extenseurs. Ses collatérales sont les inter-osseuses dorsales qui cheminent dans les 3 derniers espaces inter-osseux dorsaux et se divisent en collatérales dorsales

 

d) Vascularisation des doigts

Les doigts sont vascularisés par

* 2 collatérales dorsales grêles qui ne dépassent pas la partie moyenne de la 2e phalange

* 2 collatérales palmaires volumineuses qui cheminent jusqu’à la 3e phalange à la base de laquelle elles s’anastomosent avec celles du côté opposé pour former une arcade pulpaire qui donne naissance à un réseau artériolaire en houppe

3.2. Cartographie veineuse (1-16)  

3.2.1. Généralités  

La circulation veineuse du membre supérieur est constituée de deux réseaux

* les veines profondes sous aponévrotiques, en paires, satellites des artères homonymes, 

* les veines superficielles sus-aponévrotiques

* Les veines des deux réseaux présentent des valvules

* des veines communicantes peu nombreuses relient les 2 systèmes. Elles sont avalvulées, ce qui permet au sang veineux profond de se drainer vers le réseau superficiel. Ces rares anastomoses font communiquer les veines interosseuses et la veine radiale superficielle, les veines humérales et la médiane basilique. 

 

e). Le réseau veineux profond 

A la main les veines collatérales se drainent dans les veines digitales qui se jettent dans les arcades palmaires. L’arcade palmaire profonde se poursuit à l’avant-bras par les veines profondes radiales, cubitales et interosseuses. Les veines d’un même couple sont reliées par des anastomoses en échelle. Les veines se réunissent en un couple de veines humérales qui se draine dans une volumineuse veine axillaire unique, satellite de l’artère, à laquelle fait suite la veine sous-clavière. 

f). Le réseau veineux superficiel 

Le réseau de la face dorsale de la main se poursuit par les veines radiale accessoire, radiale superficielle ou médiane, cubitale superficielle. Au « M veineux » du pli du coude la veine médiane bifurque en donnant en dedans la veine médiane basilique (v. mediana basilica) et en dehors la veine médiane céphalique (v. mediana cephalica)

La veine basilique la plus interne et la plus volumineuse se jette à la racine du membre dans une veine du réseau profond, l’humérale interne, parfois l’axillaire. La veine céphalique de plus petit calibre, à un trajet plus externe et se termine par une crosse dans la veine axillaire (v. axillaris) qui chemine en dedans puis en dedans et en avant de l’artère axillaire. 

 

 

 

NB : les appellations entre parenthèse sont les appellations anglaises des mot qui les précédent en gras 

 

Dans : Non classé
Par emfss
Le 29 novembre, 2008
A 17:08
Commentaires : 0
 
 

COMPORTEMENT DIPSIQUE

Comportement dipsique :

Régulation

I L’eau et ses propriétés

II Régulation de l’apport hydrique

Bibliographie

var mon_menu=document.getElementById(« menu_sommaire »); var taille=mon_menu.offsetHeight; //alert(taille.toString()); function montrer() {mon_menu.style.visibility= « visible »; mon_menu.style.height=taille.toString()+ »px »;} function cacher() {mon_menu.style.visibility= « hidden »; mon_menu.style.height= »0px »;} Le comportement dipsique ou comportement de prise de boisson fait partie d’un vaste ensemble de processus qui permettent de maintenir les constantes de notre milieu intérieur dans des limites très étroites compatibles avec une vie normale : c’est l’homéostasie . Les régulations internes sont de trois ordre :

régulation de la prise alimentaire et énergétique,

régulation des fluides,

régulation de la température.


Comme tous les animaux supérieurs ont leur l’origine dans la mer, nos cellules fonctionnent dans un milieu hydrique dont les concentrations en sel et en minéraux sont constantes.

Le comportement dipsique est un comportement primaire (essentiel pour l’animal au même titre que la prise de nourriture ou le comportement sexuel).

L’eau et ses propriétés

L’eau est un composé essentiel de la matière vivante et forme 60% à 80% du volume de la plupart des cellules.

Goutte d'eau

Ce liquide vital possède de nombreuses propriétés.

L’eau absorbe ou libère de la chaleur sans augmenter ou diminuer sa propre température (grande capacité thermique). Cette propriété maintient la température corporelle dans des limites physiologiques étroites (homéostasie) lors de grands changements de température externe (soleil intense, froid rigoureux, vent, …) ou lors d’efforts musculaires intenses produisant une grande production de chaleur.

L’eau se vaporise (état liquide à l’état gazeux) en éliminant la chaleur excessive du corps.

Rappelons que les glandes sudoripares sont rares chez les chiens et les chats : elles se situent uniquement au niveau de la face podale des extrémités des membres.

Le chien et le chat halètent pour dissiper la chaleur de son corps.

L’eau est le «  solvant universel  » qui permet pratiquement toutes les réactions chimiques de l’organisme. C’est également le milieu de transport des molécules (nutriments, gaz respiratoires, déchets métaboliques éliminés en partie par l’urine).

L’eau protège les organes, comme le cerveau, grâce au rôle d’amortisseur du liquide céphalo-rachidien.

Régulation de l’apport hydrique

Pour préserver cette eau qui est indispensable à la vie, les êtres vivants doivent maintenir leur hydratation dans des limites étroites coûte que coûte.


Autrement dit, l’apport d’eau doit être égal à la déperdition d’eau.

Environ 90% de l’eau corporelle provient des aliments surtout (60% chez l’Homme) et des liquides (30% chez l’Homme). Le reste est produit par les réactions chimiques de l’organisme (eau métabolique).

La déperdition d’eau s’effectue en majorité par l’urine (60% chez l’Homme), par l’évaporation pulmonaire (halètement chez le chien et le chat), les matières fécales, la transpiration (faible chez nos animaux domestiques) ou la diffusion à travers la peau.

Chez les êtres vivants en bonne santé, l’osmolarité des liquides organiques, c’est-à-dire la concentration des molécules par litre , se maintient à l’intérieur de limites très étroites (entre 285 et 300 mmol/kg chez l’Homme). 

Des neurones de l’hypothalamus, appelés osmorécepteurs, détectent une augmentation trop élevée de la concentration de soluté dans les liquides organiques qui stimulent alors d’autres noyaux hypothalamiques.

L’augmentation de l’osmolarité du plasma sanguin :

déclenche la soif (neurones hypothalamiques du centre de la soif), qui incite à l’ingestion d’eau,

déclenche la libération de l’hormone anti-diurétique ou ADH (COMPORTEMENT DIPSIQUE clip_image003 infos), sécrétée par la neurohypophyse stimulée par les noyaux hypothalamiques : elle absorbe l’eau au niveau rénal, ce qui provoque la concentration des urines.

La diminution de l’osmolarité :

inhibe la soif,

inhibe la libération d’hormone antidiurétique, ce qui provoque l’émission de grandes quantités d’urine diluée.

Le déclenchement de la soif est provoqué par trois causes :

une perte de volume hydrique (soif hypovolémique),

Une perte de sang importante, des vomissements ou des diarrhées profuses en sont les causes principales.

une augmentation de la concentration des liquides organiques (soif osmotique) par la respiration, la transpiration ou la miction excessive.

 

Dans : Non classé
Par emfss
Le 15 novembre, 2008
A 14:40
Commentaires : 0
 
 

MYOLOGIE DU MEMBRE SUPERIEUR

MYOLOGIE DU MEMBRE SUPERIEUR doc muscledeltode.doc

CLIQUER SUR LE LIEN CI DESSUS POUR TELECHARGER LE COUR

MYOLOGIE DU MEMBRE

 

SUPERIEUR

 

1)Muscle Deltoïde

Insertion

3 chefs musculaires :

chef claviculaire : sur le bord antérieur de la clavicule

chef acromial : relief du galbe de l’épaule, conjoint au premier chef, il s’insère sur le bord latéral de l’acromion

chef épineux : sur l’épine de la scapula (bord postérieur)

Trajet

chef claviculaire : fibres se dirigent en bas, dehors

chef acromial : fibres se dirigent en bas, verticalement

chef épineux : les fibres descendent en bas, dehors.

Terminaison

sur une crête osseuse, à la face antérieure et à la face latérale de l’humérus, au tiers moyen. V deltoïdien.

Rapports

veine céphalique

Action

chef claviculaire : antepulseur, rotateur interne

chef acromial : abducteur

chef épineux : retropulseur, rotateur externe

Le deltoïde intervient dans l’élévation du membre supérieur

Innervation

nerf axillaire

Divers

Synergie avec les tendons de la coiffe des rotateurs, dans le rôle de coaptation

2)Muscle Sous Scapulaire

Insertion

s’insère dans la fosse subscapulaire de la scapula (face antérieure)

Trajet

les fibres se dirigent en dehors

Terminaison

sur le tubercule mineur à la face antérieure de l’humérus

Rapports

nerf musculo-cutané qui passe devant lui

Action

rotateur interne, coapteur : aide à centrer la tête de l’humérus par rapport à la glène

Innervation

les nerf subscapulaires

Divers

l’un des 4 muscles de la coiffe des rotateurs de l’épaule (avec supra-épineux, infra épineux, petit rond)

3)Muscle Supra-Epineux

Insertion

dans la fosse supra épineuse, au dessus de l’épine de la scapula

Trajet

les fibres cheminent derrière le processus coracoïde, en dehors, elles passent sous la voûte ostéofibreuse

Terminaison

tendon qui s’insère sur le pôle supérieur du tubercule majeur de l’humérus.

Rapports

Action

petit abducteur, rôle essentiel de coaptation

Innervation

nerf supra scapulaire qui passe dans l’incisure scapulaire

Divers

l’un des 4 muscles de la coiffe des rotateurs de l’épaule (avec petit rond, infra épineux, subscapulaire)

4)Muscle Infra-Epineux

Insertion

remplit la fosse infra-épineuse dans ses 2/3

Trajet

les fibres charnues se dirigent en dehors en haut

Terminaison

sous le supra-épineux sur la face postérieure du tubercule majeur de l’humérus, en continuité avec l’insertion du muscle supra-épineux

Action

rotateur externe de l’épaule (de l’humérus)

Innervation

nerf petit rond, branche du nerf axillaire

Divers

l’un des 4 muscles de la coiffe des rotateurs de l’épaule (avec supra-épineux, subscapulaire, petit rond)

5)Muscle Petit Rond

Insertion

en dehors de l’infra épineux, le long du bord latéral de la scapula.

Trajet

en dehors, en haut

Terminaison

tendon commun sur la face postérieure du tubercule majeur, à l’extrémité supérieure de l’humérus.

Action

rotateur externe de l’épaule

Innervation

nerf petit rond, branche du nerf axillaire

Divers

Ses fibres se mélangent à celles de l’infra épineux.
L’un des 4 muscles de la coiffe des rotateurs de l’épaule (avec supra-épineux, infra épineux, subscapulaire)

6)Muscle Grand Rond

Insertion

s’insère sur la partie latérale de la face postérieure de la scapula, sous le petit rond

Trajet

en dehors, en avant

Terminaison

sur la berge médiale de la gouttière bicipitale

Action

adduction (contraction), abaisseur de l’épaule et rotateur interne (thorax fixe), élévateur du tronc (membre supérieur fixe)

Innervation

nerf du grand rond

Divers

Le grand dorsal s’enroule autour de son tendon

7)Muscle Grand Dorsal

Insertion

longue ligne : depuis Th6 à S2, jusqu’au tiers postérieur de la crête iliaque.

Trajet

Les fibres se dirigent en dehors et en haut, vers l’humérus.

Terminaison

sur la berge médiale de la coulisse bicipitale.

Rapports

Action

rotateur interne, retropulseur.

Innervation

nerf du grand dorsal

Divers

Le tendon s’enroule autour de celui du grand rond : les fibres les plus inférieures au départ deviennent les plus supérieures

8)Muscle Petit Pectoral

Insertion

bord médial de la portion horizontale du processus coracoïde

Trajet

en avant, en dehors

Terminaison

face latérale des 3ème, 4ème et 5ème côte.

Rapports

le plexus brachial

Action

antepulseur, abaisseur, stabilisateur, accessoirement élévateur du thorax (respiration)

Innervation

les nerf des pectoraux (branches collatérales du plexus brachial)

Divers

le corps se place dans la partie antérieure de la région axillaire.
Les divisions du plexus brachial se font en arrière de ce muscle.

9)Muscle Grand Pectoral

Insertion

s’insère sur le bord antérieur au tiers interne de la clavicule, sur toute la partie latérale du manubrium sternal, le long du bord latéral du sternum, aussi sur l’aponévrose des muscles grand droits, et son plan profond s’insère sur les 6 premiers cartilages costaux.

Trajet

le faisceau supérieur (claviculaire) a ses fibres qui descendent obliquement en bas, dehors. 2ème faisceau, les fibres se dirigent en dehors

Terminaison

Les fibres convergent vers la terminaison : la berge latérale de la gouttière bicipitale de l’humérus.

Rapports

Action

adducteur du bras, rotateur interne, et aussi antepulseur.

Innervation

les nerf des pectoraux

10)Muscle Dentelé Antérieur

Insertion

sur les 10 premières côtes

Trajet

les fibres se dirigent en arrière vers le bord médial de la scapula

Terminaison

sur le bord interne de la scapula

Rapports

Action

antepulseur de la scapula, stabilisateur par rapport au thorax.

Innervation

nerf thoracique long

Divers

Très plat

BRAS

11)Muscle Coraco – Brachial

Insertion

il s’insère sur la pointe du processus coracoïde par un tendon commun avec le chef court du biceps.

Trajet

il descend verticalement devant l’articulation gléno-humérale

Terminaison

fin face antéro-interne de l’humérus, au tiers moyen.

Rapports

nerf musculo-cutané, muscle subscapulaire

Action

antepulseur de l’humérus

Innervation

nerf musculo-cutané

Divers

le muscle subscapulaire a un tendon qui passe en arrière du coraco-brachial
Il est traversé par le nerf musculo-cutané, qui chemine en avant du subscapulaire et pénètre dans le muscle coraco-brachial, d’où il sort par sa face antérieure

12)Muscle Biceps Brachial

Insertion

Chef court : s’insère sur la pointe de la portion horizontale du processus coracoïde
Chef long : s’insère sur la tubérosité supra-glénoïdale.

Trajet

Le tendon descend en avant du brachial antérieur. Le chef long passe dans la gouttière bicipitale, fermée par le ligament transverse.

Terminaison

fin sur la tubérosité bicipitale du radius. 1,5 cm de largeur. Il y a aussi une expansion aponévrotique qui se termine sur l’olécrâne.

Rapports

canal brachial, artè humérale

Action

Fléchisseur du coude. Puissant supinateur

Innervation

nerf musculo-cutané, qui le contourne par son bord latéral pour aller vers la loge antérieure de l’avant bras où il sera sensitif.

Divers

muscle épais et puissant

 

13)Muscle Brachial Antérieur

Insertion

sur le bord antérieur, les faces antérieure, latérale et médiale de la moitié inférieure l’humérus

Trajet

le muscle se dirige en bas. Ses fibres passent en avant de la capsule du coude, dont elles sont séparées par une bourse de glissement.

Terminaison

face antérieure du processus coronoïde de l’ulna. Insertion puissante

Rapports

nerf musculo-cutané qui passe en avant de lui après être passé dans le coraco-brachial. Le canal brachial, l’artère humérale.

Action

flexion du coude

Innervation

nerf musculo-cutané

Divers

muscle épais, puissant.

14)Muscle Triceps Brachial

Insertion

Chef long : il s’insère sur le tubercule infra-glénoïdal

Chef latéral = vaste latéral, s’insère au dessus de la gouttière du nerf radial au tiers moyen à la face postérieure de l’humérus

Chef médial = vaste médial. Il s’insère en dessous de la gouttière radiale sur la moitié inférieure de la face postérieure de l’humérus.

Trajet

Chef long : il descend en avant du grand rond et en arrière du petit rond. Ce tendon limite en dehors l’espace axillaire latéral (où le nerf axillaire chemine et donne le nerf du petit pectoral). Le tendon est épais et descend en arrière de l’olécrane sur ses 2 crêtes.

Terminaison

sur les crêtes de la face postérieure de l’olécrâne

Rapports

le nerf radial, entre les vastes latéral et médial

Action

extenseur du coude

Innervation

nerf radial

Divers

Le chef long et le vaste latéral recouvrent partiellement le vaste médial.

15)Anconé

Insertion

sur le tendon commun des muscles épicondyliens médiaux

Trajet

en bas, un peu en dehors

Terminaison

fin sur la face latérale de l’olécrane

Rapports

Action

petite extension active du coude

Innervation

une branche du nerf radial

Divers

cette branche du nerf radial innerve l’anconé et le chef médial du triceps

AVANT-BRAS

16)Muscle Carré Pronateur

Insertion

il s’insère à la face antérieure du quart distal du radius

Trajet

les fibres se dirigent transversalement

Terminaison

à la face antérieure du quart distal de l’ulna

Rapports

Action

pronation <=> enroulement du radius sur l’ulna.

Innervation

nerf médian

Divers

Il est disposé transversalement.

17)Muscle Fléchisseur Commun Profond des Doigts

Insertion

il s’insère à la face antérieure de l’ulna, sur la crête du radius en haut du radius.

Trajet

le corps musculaire descend en avant du squelette de l’avant-bras puis se divise en 4 tendons.

Terminaison

face sur la base de la 3ème phalange, sur sa face palmaire

Rapports

passe au dessus du carré pronateur

Action

flexion de P3 sur P2

Innervation

nerf médian pour 2ème, 3ème doigts et nerf ulnaire pour 4 et 5.

Divers

niveau métacarpien : le fléchisseur profond glisse en avant du métacarpien, il est recouvert par le fléchisseur superficiel.
niveau P1 : le fléchisseur superficiel se divise en 2 bandelettes, le fléchisseur profond glisse en avant de la 1ère phalange
niveau P2 : les bandelettes (du fléchisseur superficiel) se terminent sur la phalange intermédiaire et donnent des expansions où glisse le fléchisseur profond
Il y a une synergie entre le Fléchisseur ulnaire du carpe et les fléchisseur profond et fléchisseur superficiel des doigts : prise de force, poignet en adduction

18)Muscle Fléchisseur Propre du Pouce

Insertion

sur le radius (3/4 de la face antérieure) et sur la membrane Inter Osseuse

Trajet

il se termine par un long tendon qui passe sous le rétinaculum des fléchisseurs

Terminaison

sur la base de la 2ème phalange du pouce, face palmaire.

Rapports

passe au dessus du carré pronateur

Action

fléchisseur de P2 sur P1, il verrouille la prise de force.

Innervation

nerf médian

Divers

19)Muscle Fléchisseur Commun Superficiel des Doigts

Insertion

sur les épicondyliens médiaux, en dedans du processus coronoïde, relais qui forme une arcade jusqu’à la crête du radius

Trajet

Courte insertion tendineuse qui va vite se diviser en 4 chefs tendineux pour les doigts 2, 3, 4, 5. Les 4 chefs glissent sur la partie antérieure de l’avant bras et rentrent dans le rétinaculum des fléchisseurs

Terminaison

sur la base de P2

Rapports

Action

flexion de P2 sur P1

Innervation

nerf médian

Divers

niveau métacarpien : le fléchisseur profond glisse en avant du métacarpien, il est recouvert par le fléchisseur superficiel.
niveau P1 : le fléchisseur superficiel se divise en 2 bandelettes, le fléchisseur profond glisse en avant de la 1ère phalange
niveau P2 : les bandelettes (du fléchisseur superficiel) se terminent sur la phalange intermédiaire et donnent des expansions où glisse le fléchisseur profond
Il y a une synergie entre le Fléchisseur ulnaire du carpe et les fléchisseur profond et fléchisseur superficiel des doigts : prise de force, poignet en adduction

20)Muscle Rond Pronateur

Insertion

sur l’épicondyle médial de l’épiphyse inférieure de l’humérus

Trajet

il descend obliquement en bas en dehors

Terminaison

sur la face latérale du radius, au dessus du tiers moyen.

Rapports

Action

pronation

Innervation

nerf médian

Divers

c’est le muscle le plus latérale des épicondyliens médiaux

21)Muscle Fléchisseur Radial du Carpe

Insertion

sur l’épicondyle médial de l’épiphyse inférieure de l’humérus

Trajet

descend en bas en dehors, tendon qui naît à la jonction 1/3 moyen, 1/3 inférieur Il descend en avant du radius et passe ensuite sous le rétinaculum des fléchisseurs

Terminaison

fin sur la face antérieure du 2ème métacarpien

Rapports

en dehors de son tendon, l’artère radiale au niveau de la gouttière du pouls

Action

flexion radiale du carpe, adducteur du poignet

Innervation

nerf médian

Divers

22)Muscle Long Palmaire

Insertion

sur l’épicondyle médial de l’épiphyse inférieure de l’humérus

Trajet

il descend en dedans du fléchisseur radial du carpe. Il passe devant le rétinaculum des fléchisseurs et s’élargit sur l’aponévrose palmaire

Terminaison

pas de terminaison osseuse mais fibreuse

Rapports

Action

flexion palmaire

Innervation

nerf médian

Divers

il est plus fin, plus grêle que le fléchisseur radial du carpe

23)Muscle Fléchisseur Ulnaire du Carpe

Insertion

sur l’épicondyle médial de l’épiphyse inférieure de l’humérus

Trajet

il descend verticalement le long, puis en avant de l’ulna

Terminaison

par un tendon sur le pisiforme

Rapports

l’artère ulnaire

Action

flexion du carpe, adducteur du poignet

Innervation

nerf ulnaire

Divers

il forme le relief médial de l’avant bras
Il y a une synergie entre le Fléchisseur ulnaire du carpe et les fléchisseur profond et superficiel des doigts : prise de force, poignet en adduction
Le fléchisseur ulnaire du carpe échange des fibres avec le rétinaculum des fléchisseurs => renforce l’effet de poulie

Loge Latérale

24)Muscle Supinateur

- Plan Profond -

Insertion

s’insère sur la facette radiale de l’ulna

Trajet

les fibres charnues se dirigent en dehors et contournent le col du radius

Terminaison

fin à la face antérieure du radius

Rapports

nerf radial qui passe entre ses 2 faisceaux

Action

supinateur

Innervation

nerf radial, branche postérieure

Divers

plan le plus court

- Plan Superficiel -

Insertion

sur l’épicondyle latéral de l’épiphyse inférieur de l’humérus, et une insertion en arrière du plan profond. Il recouvre partiellement le chef profond et s’insère sur la face antérieure du radius au dessus de la crête pronatrice

Trajet

même disposition : enroulement du col du radius.

Terminaison

en avant du plan profond

Rapports

nerf radial, qui passe entre ses 2 faisceaux

Action

supinateur

Innervation

nerf radial, branche postérieure

Divers

il appartient aux épicondyliens latéraux.
C’est le principal supinateur.
Le nerf radial passe entre ses 2 plans

25)Muscle Long Extenseur Radial du Carpe

Insertion

il ne naît pas de l’épicondyle latéral, mais s’insère au dessus

Trajet

le corps musculaire descend en arrière en dehors dans la partie latérale de la face postérieure du radius

Terminaison

face dorsale du 2ème métacarpien

Rapports

Action

extenseur du carpe, faible abducteur du poignet

Innervation

nerf radial

Divers

26)Muscle Court Extenseur Radial du Carpe

Insertion

sur l’épicondyle latéral de l’épiphyse inférieure de l’humérus

Trajet

il descend en arrière du radius, en restant au contact du long extenseur radial du carpe

Terminaison

tendon qui glisse à la face postérieure de l’extrémité distale du radius, fin sur la face dorsale du troisième métacarpien

Rapports

Action

extenseur du carpe, faible abducteur du poignet

Innervation

nerf radial

Divers

27)Muscle Brachio – Radial

Insertion

s’insère le long du bord latéral, au 1/3 inférieur de l’humérus.

Trajet

de là, il descend à la face latérale de l’avant bras

Terminaison

tendon qui se termine sur la partie inférieure du bord latéral de l’extrémité distale du radius.

Rapports

le nerf radial chemine sous lui

Action

flexion du coude, rôle accessoire de supinateur

Innervation

nerf radial

Divers

28)Muscle Long Abducteur du Pouce

Insertion

il s’insère sur la face postéro-latérale de l’ulna et partiellement à la face postérieure du radius

Trajet

le corps musculaire descend obliquement en bas, dehors

Terminaison

sur le 1er métacarpien

Rapports

Action

abduction du pouce

Innervation

nerf radial

Divers

Les tendons du long abducteur et du court extenseur forment une gouttière : la tabatière anatomique. Le court extenseur du pouce forme la berge antérieure de cette gouttière.

29)Muscle Court Extenseur du Pouce

Insertion

il s’insère à la face postéro-latérale de l’ulna

Trajet

relais sur la face postérieure du radius

Terminaison

par un tendon au tiers inférieur de l’avant bras, et il se termine sur la base de la face dorsale de la première phalange du pouce.

Rapports

Action

extenseur de P1 sur métacarpien 1

Innervation

nerf radial

Divers

Parallèle au long extenseur du pouce
Trajet en baïonnette : médian, puis oblique.
Les tendons du long abducteur et du court extenseur forment une gouttière : la tabatière anatomique. Le court extenseur du pouce forme la berge antérieure de cette gouttière.

30)Muscle Long Extenseur du Pouce

Insertion

il s’insère sous le court extenseur du pouce (face postéro-latérale de l’ulna)

Trajet

son trajet est ≈ vertical dans la loge postérieure de l’avant bras. Il passe en regard de la partie moyenne de l’extrémité inférieure du radius avant de prendre un trajet oblique pour gagner l’insertion terminale

Terminaison

sur la base de la 2ème phalange

Rapports

Action

extension de P2 sur P1

Innervation

nerf radial

Divers

Trajet en baïonnette : médian, puis oblique.
Les tendons du long abducteur et du court extenseur forment une gouttière : la tabatière anatomique. Le long extenseur du pouce forme la berge postérieure de cette gouttière.

31)Muscle Extenseur Propre de l’Index

Insertion

il s’insère à la face postéro-latérale de l’ulna

Trajet

il descend en dedans du long extenseur du pouce, jusqu’à la face dorsale du carpe, puis il s’unit au niveau du métatarsien au tendon de l’extenseur commun. Cette union forme l’appareil extenseur de l’index

Terminaison

sur l’index

Rapports

Action

extenseur de l’index

Innervation

nerf radial

Divers

il y a un appareil extenseur unique pour les 2ème et 5ème doigts, renforcé par l’extenseur commun

32)Muscle Extenseur Commun des Doigts

Insertion

sur l’épicondyle latéral de l’épiphyse inférieure de l’humérus

Trajet

corps initialement unique qui se divise en 4, chacun se terminant par un tendon qui descend à la face postérieure de l’avant bras dans sa partie basse. Les 4 tendons glissent à la face dorsale du poignet où ils sont recouverts par le rétinaculum des fléchisseurs

Terminaison

sur la base de P3 pour les 4 doigts

Rapports

Action

extenseur des 4 doigts

Innervation

nerf radial

Divers

Il appartient aux épicondyliens latéraux

33) Muscle Extenseur Propre de l’Auriculaire

Insertion

il s’insère à la face postéro-latérale de l’avant bras, en dedans de l’extenseur commun

Trajet

descend et rejoint le tendon de l’extenseur commun pour le 5ème doigt

Terminaison

fin sur la face dorsale du 5ème métacarpien

Action

extenseur du 5ème doigt

Innervation

nerf radial

Divers

il y a un appareil extenseur unique pour les 2ème et 5ème doigts, renforcé par l’extenseur commun

34)Muscle Extenseur Ulnaire du Carpe

Insertion

s’insère sur l’épicondyle latéral de l’épiphyse inférieure de l’humérus, puis sur la crête de l’olécrâne et sur la longue crête de l’ulna

Trajet

il descend verticalement en arrière de l’ulna

Terminaison

sur un tendon épais qui glisse en arrière de la tête de l’ulna, fin sur le tubercule de la base du 5ème métacarpien

Action

extenseur du carpe, faible abducteur (complément du fléchisseur ulnaire du carpe)

Innervation

nerf radial

Divers

il recouvre l’extenseur propre du 5ème doigt

MAIN

35)Les 4 Interosseux Palmaires

Insertion

ils s’insèrent dans les espaces interosseux, sur la face la plus proche de l’axe médian (métacarpien 3)
Inter Osseux du 1er  espace : s’insère sur toute la face latérale du métacarpien 2, insertion limitée sur métacarpien 1.
Inter Osseux du 2ème espace : face latérale du 3ème métacarpien, moitié postérieure de la face médiale du métacarpien 2
Inter Osseux du 3ème espace : s’insère sur la moitié postérieure de la face latérale du métacarpien 4, et face médiale du métacarpien 3
Inter Osseux du 4ème espace : s’insère sur la face médiale du 4ème métacarpien, et la moitié de la face interne du 5ème métacarpien

Trajet

fibres charnues qui convergent vers la partie moyenne de la face : structure penniforme (forme de plume). De là, tendon qui naît en regard du col du métacarpien, descend et se divise en 3 bandelettes

Terminaison

1 bandelette se termine sur le tubercule lat. de la base de la 1ère phalange, 1 passe en arrière de P1 (en arrière du tendon de l’extenseur) et se réunit avec la bandelette d’un autre espace Inter Osseux, 1 s’élargit pour s’insérer sur le bord du tendon extenseur

Rapports

Ils sont recouverts par les palmaires.

Action

Les Inter Osseux dorsaux écartent les doigts de l’axe de la main.
Les Inter Osseux agissent sur la flexion des doigts par la dossière des Inter Osseux (flexion métacarpo-phalangienne), flexion qui s’accompagne de la mise en extension de P2 / P3

Innervation

nerf ulnaire

Divers

Même principe pour chacun des Inter Osseux :

1 bandelette vers P1, dirigée vers l’axe de la main

1 bandelette passe en arrière (dossière des Inter Osseux) rejoindre l’Inter Osseux palmaire

1 bandelette participe à l’extension

36)Les 4 Interosseux Dorsaux

Insertion

Ils s’insèrent dans les espaces interosseux, sur la face la plus proche de l’axe médian (métacarpien 3).
Inter osseux du 1er  espace : s’insère sur toute la face lat. du métacarpien 2, insertion limitée sur métacarpien 1.
Inter osseux du 2ème espace : face latérale du 3ème métacarpien, moitié postérieure de la face médiale du métacarpien 2.
Inter osseux du 3ème espace : s’insère sur la moitié postérieure de la face latérale du métacarpien 4, et face médiale du métacarpien 3.
Inter osseux du 4ème espace : s’insère sur la face médiale du 4ème métacarpien, et la moitié de la face interne du 5ème métacarpien

Trajet

fibres charnues qui convergent vers la partie moyenne de la face : structure penniforme (forme de plume). De là, tendon qui naît en regard du col du métacarpien, descend et se divise en 3 bandelettes.

Terminaison

1 bandelette se termine sur le tubercule latéral de la base de la 1ère phalange, 1 passe en arrière de P1 (en arrière du tendon de l’extenseur) et se réunit avec la bandelette d’un autre espace inter osseux, 1 s’élargit pour s’insérer sur le bord du tendon extenseur.

Rapports

Ils sont recouverts par les palmaires.

Action

Les Inter Osseux dorsaux écartent les doigts de l’axe de la main.
Ils agissent sur la flexion des doigts par la dossière des Inter Osseux (flexion métacarpo-phalangienne), flexion qui s’accompagne de la mise en extension de P2 sur P3.

Innervation

nerf ulnaire

Divers

Même principe pour chacun des Inter osseux :

1 bandelette vers P1, dirigée vers l’axe de la main

1 bandelette passe en arrière (dossière des Inter Osseux) rejoindre l’Inter Osseux palmaire

1 bandelette participe à l’extension

 

37)Les 4 Lombricaux

Insertion

lombricaux du 1er et du 2ème espace : s’insèrent sur le bord latéral du Fléchisseur Profond de l’index et du 3ème doigt.
lombricaux du 3ème et du 4ème espace : s’insèrent sur le Fléchisseur Profond du 3ème et du 4ème (pour le 3ème espace), et les tendons du 4ème et 5ème doigt (4ème espace).

Trajet

Terminaison

lombricaux du 1er et du 2ème espace : ils se terminent sur le tendon extenseur pour renforcer les Inter Osseux
lombricaux du 3ème et du 4ème espace : ils se terminent sur le tendon extenseur, renforçant l’expansion fibreuse des Inter Osseux

Action

Ils tirent sur le fléchisseur et sur l’extenseur => contrôle de la flexion pour augmenter la précision.

Innervation

1er et 2ème lombricaux : nerf médian
3ème et 4ème lombricaux : nerf ulnaire.

Divers

Ce sont des petits muscles qui ne s’attachent qu’à des tendons.
Principe général : ils s’insèrent sur le tendon du Fléchisseur Profod, et se terminent sur la face dorsale du tendon de l’extenseur.

 

CLIQUER SUR LE LIEN SUIVANT POUR TELECHARGER LE COUR
 

docmuscledeltode.doc

Dans : Non classé
Par emfss
Le 8 novembre, 2008
A 22:00
Commentaires : 0
 
 

Arthrologie du membre supérieur

CLIQUER SUR CE LIEN POUR TELECHARGER LE COUR

Arthrologie du membre supérieur doc articulationsdelaceinturedumembresuprieur.doc

Articulations de la ceinture du membre supérieur

L’ensemble du squelette du membre supérieur est appendu à la Omaplate, totalement libre de ses mouvements (flottant, excepté la réunion au squelette axial par la clavicule). Il existe toujours un mouvement de l’épaule associé à un mouvement de l’omoplate (mouvement en sonnette).

Exemple : pour un mouvement d’antépulsion : il est assuré à 50 % par l’articulation gléno-humérale, et à 50 % par le glissement de l’omoplate autour de la cage thoracique.

1 .Articulation costo-claviculaire.

         1°) Définition.

Elle unit l’extrémité médiale de la clavicule au manubrium sternal, et au 1er cartilage costal. C’est une articulation synoviale, en selle.

            2°) Les surfaces articulaires.

Elles sont recouvertes de cartilage hyalin.

Incisure claviculaire : elle est portée par le sternum. Elle est située au bord supérieur du manubrium sternal. C’est une selle concave dans le plan frontal, et convexe dans le plan sagittal.

Surface articulaire sternale : elle est portée par la clavicule. Elle est située à la partie inféro-médiale de l’extrémité médiale de la clavicule. Cette surface est convexe dans le plan frontal, et concave dans le plan sagittal.

Entre ces deux surfaces articulaires, il y a interposition d’un disque articulaire.

Le disque articulaire : c’est un fibrocartilage, qui s’insère sur la capsule articulaire, et en bas sur le 1er cartilage costal. Son rôle est d’augmenter la congruence articulaire. Il est présent environ une fois sur deux.

            3°) La capsule articulaire.

Elle est mince, et s’insère au pourtour des surfaces articulaires.

            4°) Les ligaments.    (au niveau des 4 faces de l’articulation)

·        Ligament (l) sterno-claviculaire antérieur.

Il s’insère sur le bord antérieur de la surface articulaire et se termine sur le bord antérieur du sternum. Ce l renforce la face antérieure de la capsule.

·        l sterno-claviculaire postérieur :

Il est situé en arrière de l’articulation. Il a les mêmes insertions que le l antérieur du même nom, mais il est beaucoup plus résistant, car derrière l’articulation se trouvent les vaisseaux du cou (il faut donc éviter qu’il y ait une luxation en arrière de l’articulation).

l inter-claviculaire :

Il part d’une clavicule à l’autre, en passant au dessus des deux articulations sterno-claviculaires, et au dessus de la partie supérieure du manubrium sternal = incisure jugulaire. Ca limite le mouvement de la clavicule vers le bas.

l costo-claviculaire inférieur :

C’est un ligament très puissant. Il est tendu entre le bord supérieur de la 1ère côte et du 1er cartilage costal, à la face inférieure de la clavicule. Il limite les mouvements vers le haut.

 

2 .Articulation acromio-claviculaire.

Elle unit le bord médial de l’acromion à l’extrémité latérale de la clavicule. C’est une articulation synoviale, plane, de type arthrodie. Elle n’effectue donc que des mouvements de glissements.

            1°) Les surfaces articulaires.

Elles sont recouvertes de cartilage hyalin.

Surface articulaire de l’extrémité latérale de la clavicule : elle est ovalaire, et regarde en bas et latéralement.

Surface articulaire portée par l’acromion : elle est symétrique à la précédente, et regarde donc en haut et médialement.

Disque articulaire : c’est une interposition fibrocartilagineuse. Il est présent une fois sur trois.

2°) La capsule articulaire.

Elle est résistante, et s’insère sur le pourtour des surfaces articulaires.

            3°) les ligaments.

Ils sont de deux types : ligaments capsulaires : l acromio-claviculaire, et ligaments situés à distance de l’articulation : l coraco-claviculaire.

l acromio-claviculaire : il renforce la face supérieure de la capsule. Il est très résistant, et s’oppose au déplacement vers le haut. C’est le seul ligament au contact de l’articulation.

l coraco-claviculaire : il s’oppose aussi au déplacement vers le haut. Il est tendu entre le processus coracoïde et la face inférieure de la clavicule. Il y a deux faisceaux, épais, situés dans deux plans opposés, et séparés par une bourse graisseuse :

-ligament trapézoïde : il a son origine à la moitié ou au 1/3 postérieur de la face médiale de la coracoïde, et à la partie adjacente supérieure. Il a un trajet oblique en haut et en dehors, et se termine à la face inférieure de la clavicule, au niveau de la ligne trapézoïde.

-ligament conoïde : il a son origine légèrement en arrière du l trapézoïde, au niveau de la face interne de la clavicule, en haut, dans le plan frontal. Il se termine au niveau du tubercule conoïde de la face inférieure de la clavicule.

Le l trapézoïde est situé dans le plan sagittal, et le l conoïde est situé dans un plan frontal.

l acromio-claviculaire : il n’appartient pas à cette articulation, ni à l’articulation gléno-humérale. Il ferme en haut l’interstice entre la coracoïde et l’acromion. Il se situe dans la partie antéro-supérieure de la voûte sous-acromiale. Il a son origine au niveau du bord latéral de la portion horizontale de la coracoïde. Son trajet se fait en dehors, pour aller s’insérer sur l’extrémité antéro-médiale de l’acromion. C’est un ligament très résistant.

 

Articulation gléno-humérale (ou scapulo-humérale).

Elle unit l’humérus à la scapula. C’est une articulation synoviale, sphéroïde. Elle présente 3 AT et 3 DLA, et peut réaliser 3 mouvements. C’est l’articulation la plus mobile du corps humain.

1 .Surfaces articulaires.

Elles sont recouvertes de cartilage hyalin.

Cavité glénoïdale : elle est située au niveau de l’angle supéro-latéral de l’omoplate. Elle a une forme ovalaire, à grosse extrémité inférieure. Elle regarde en avant, et en dehors. Elle présente à son pourtour un bourrelet = bourrelet glénoïdal, qui est du fibrocartilage, triangulaire à la coupe, et qui augmente la surface et la profondeur de la cavité glénoïdale.

La tête humérale : elle est portée par l’extrémité supérieure de l’humérus. Elle correspond à un 1/3 de sphère, qui regarde en arrière et en dedans.

2 .Capsule articulaire.

Elle s’étend du pourtour de la cavité glénoïdale jusqu’à l’extrémité supérieure de l’humérus. Elle s’insère sur la face périphérique du bourrelet glénoïdal, et sur la portion adjacente osseuse.

En haut, elle contourne les insertions du tendon de la longue portion du biceps brachial.

Au niveau de l’humérus, elle s’insère en haut sur le col anatomique, et en bas à environ 1 cm de la surface articulaire.

Il existe une zone intra-articulaire non-recouverte de cartilage hyalin.

Le col anatomique est la jonction entre l’humérus et la tête humérale.

Le col chirurgical est l’insertion de la capsule articulaire sur l’humérus.

3 .Ligaments.

            1°) l transverse huméral.

Il recouvre la longue portion du biceps brachial dans le sillon inter-tuberculaire, le transformant ainsi en canal.

Il y a deux types de ligaments (l) : l gléno-huméraux, qui sont au contact de la capsule, et des l à insertion coracoïdienne et avec une partie du trajet à distance de la capsule articulaire, et au niveau de l’humérus ce sont des ligaments capsulaires (Þ l extra capsulaire sur une partie)

            2°) Ligaments s’insérant sur le processus coracoïde.

l coraco-huméral : son origine est située sous le l coraco-acromial. Il s’insère sur le bord latéral de la portion horizontale de la coracoïde. Il se dirige latéralement et horizontalement. Il se termine en deux faisceaux : un sur le tubercule majeur, et un sur le tubercule mineur.

Il est situé à la partie supérieure de l’articulation, aux confins de la longue porion du biceps(?)

l coraco-glénoïdal : ce sont des petits l, situés à la face postérieure de l’articulation.

3°) Ligaments gléno-huméraux.

Ils sont purement capsulaires, et sont situés sur la face antérieure et inférieure de l’articulation. Ils sont au nombre de 3 :

l gléno-huméral supérieur : il a son origine au niveau du pôle supérieur de la scapula.

 Il se dirige transversalement vers le tubercule mineur. Pour sa terminaison, il rejoint le l coraco-huméral.

l gléno-huméral moyen : il s’insère sous le l gléno-huméral supérieur, et se dirige

 jusqu’à la moitié inférieure du tubercule mineur.

l gléno-huméral inférieur : c’est le plus important et le plus puissant. Il s’insère au

 niveau de la scapula sous le l gléno-huméral moyen, et va se fixer sur la partie antéro-médiale du col chirurgical.

 

Articulation du coude

Elle unit l’extrémité distale de l’humérus aux extrémités proximales du radius et de l’ulna. Il y a en fait 3 articulations :

-articulation huméro-ulnaire = ginglyme

-articulation huméro-radiale = sphéroïde

-articulation radio-ulnaire proximale = trochoïde

L’articulation radio-ulnaire proximale associée à celle proximale réalisent des mouvements de pronosupination.

1 .Les surfaces articulaires.

Elles sont recouvertes de cartilage hyalin.

            1°) Surfaces articulaires portées par l’extrémité distale de l’humérus.

Il y en a 2 :

trochlée : elle s’articule avec l’incisure trochléenne de l’ulna. Elle a une forme de poulie, avec une gorge médiale, et deux versants, le versant médial étant plus grand que le versant latéral.

Capitulum : c’est une saillie arrondie, convexe, qui va s’articuler avec la fossette articulaire radiale.

Entre ces deux surfaces articulaires, il y a la zone capitulo-trochléenne.

            2°) Surfaces articulaires portées par l’extrémité proximale de l’ulna.

Incisure trochléaire : elle donne une articulation ginglyme. Elle est concave en avant, et est formée par la surface antérieure de l’olécrane et la face supérieure de la coronoïde. La limite entre ces deux parties constitutives de l’incisure trochléaire est représentée par un sillon transverse dépourvu de cartilage hyalin.

Incisure radiale : elle est située sur la face latérale de la coronoïde. Elle est concave et s’articule avec la circonférence articulaire du radius.

            3°) Surfaces articulaires portées par l’extrémité supérieure du radius.

Elles sont portées par la tête radiale, qui est la partie située au dessus du col du radius et qui forme la partie terminale du radius. C’est un segment de cylindre ovalaire, à grosse extrémité médiale, et qui présente deux parties :

-la face supérieure de la tête radiale, qui s’appelle la fosse articulaire du radius (ou de la tête radiale), et qui s’articule avec le capitulum pour former la sphéroïde.

-la partie située toute à la périphérie de cette tête radiale, et qui s’appelle la circonférence articulaire de la tête radiale (ou du radius). Elle est convexe, et s’articule avec l’incisure radiale de l’ulna. Cette circonférence articulaire est moins haute latéralement.

            4°) Ligament annulaire.

Il participe à la stabilisation de l’articulation radio-ulnaire proximale (donc peut être considéré comme un ligament), mais qui par sa face profonde est articulaire avec la tête radiale.

Il circonscrit la circonférence articulaire du radius. Il est recouvert de fibrocartilage sur sa face profonde, et participe à la formation de la capsule (au sens large) par sa face superficielle.

2 .Moyens de contention.

         1°) Stabilisation de l’articulation radio-ulnaire proximale.

Il y a deux moyens :

-le ligament annulaire

-le ligament carré : il naît de la partie inférieure de l’incisure radiale de l’ulna, et va se terminer vers le col du radius.

            2°) Stabilisation de l’articulation du coude proprement dit.

On aura à décrire 4 ligaments : antérieur, postérieur, médial, et latéral.

Comme il s’agit d’une ginglyme, elle a un seul DLA Þ donc elle a besoin d’être stabilisée dans le plan frontal, au niveau médial et latéral. En effet, en flexion/extension, ce sont les butées osseuses qui règlent ce problème de stabilisation. Elles stabilisent l’articulation dans le plan sagittal.

Ligament antérieur : c’est un l capsulaire : c’est le ligament oblique du coude. Il est tendu entre l’épicondyle médial et le ligament annulaire. Ce l n’est pas important.

Ligament postérieur : on en décrit aussi un. Il n’est pas important.

Ligament collatéral ulnaire : il est composé de 3 faisceaux : ils partent tous de l’épicondyle médial et se dirigent tous vers l’ulna.

-le faisceau antérieur se dirige vers la face médiale de l’ulna, ou plus précisément la face médiale de la coronoïde.

-le faisceau moyen : il se termine au niveau du tubercule coronoïde. La particularité de ce l c’est que c’est le plus résistant, donc le plus important.

-le faisceau postérieur : il se termine sur la face médiale de l’olécrane.

Ligament collatéral latéral : il n’a aucune insertion sur le radius. Elles s’effectuent toutes sur l’ulna. Son origine, c’est l’épicondyle latéral. Il va avoir 3 faisceaux, qui vont tous se terminer sur l’ulna.

-le faisceau antérieur : il se termine sur le bord antérieur de l’incisure radiale de l’ulna.

-le faisceau moyen : il s’insère sur le bord postérieur de l’incisure radiale de l’ulna.

-le faisceau postérieur : il s’insère sur la face latérale de l’olécrane de l’ulna.

 

Articulation du poignet

Il y a en fait plusieurs articulations à décrire, au nombre de trois :

-articulation radio-ulnaire distale Þ mouvements de pronosupination

-articulation médio-carpienne

-articulation radio-carpienne.

On différencie la 1ère rangée du carpe (ou rangée proximale) et la 2ème rangée du carpe (ou rangée distale).

Entre les os de chaque rangée, il y a des articulations, qui sont de type synoviales, arthrodies, et qui n’ont que des mouvements de glissement.

1 .Articulation radio-ulnaire distale.

Elle unit les épiphyses distales du radius et de l’ulna. C’est une articulation synoviale, de type trochoïde.

1°) Les surfaces articulaires.

Elles sont recouvertes de cartilage hyalin.

–incisure ulnaire du radius : elle est concave, et située sur la face inféro-médiale du radius.

–circonférence articulaire de l’ulna : elle est située sur la face latérale de la tête ulnaire. Elle est convexe et semi-périphérique.

–disque articulaire radio-ulnaire : il est tendu entre le bord inférieur de l’incisure ulnaire du radius et la base de la styloïde ulnaire.

2°) Stabilisation.

Il y a deux petits ligaments : l radio-ulnaire antérieur, et l radio-ulnaire postérieur.

2 .Articulation radio-carpienne.

C’est une articulation de type condylaire, qui possède 2 DLA, et qui peut donc réaliser 2 mouvements : flexion/extension, et abduction/adduction.

1°) Les surfaces articulaires.

Elles sont formées de la surface articulaire carpienne du radius située au niveau de la face inférieure du radius (avec une surface quadrangulaire et une surface triangulaire), et de la face inférieure du disque radio-ulnaire. Ceci constitue la surface antébrachiale (= radius + disque). L’ulna ne s’articule pas directement avec les os de la 1ère rangée du carpe. A la concavité du radius répond la convexité des os de la 1ère rangée du carpe. La surface articulaire carpienne est formée par le pôle supérieur du scaphoïde, du lunatum, et du triquetrum.

3 .Articulation médio-carpienne.

C’est une articulation de type bicondylaire.

1°) Les surfaces articulaires.

Elles sont constituées :

-en proximal, par la face inférieure du scaphoïde convexe, qui va se poursuivre par la convexité de la face inférieure de la face médiale du scaphoïde, par la face inférieure du lunatum, et la face inférieure du triquetrum Þ articulation bicondylaire.

-en distal, par les faces supérieures des os de la 2ème rangée, c’est à dire la concavité des faces supérieures du trapèze et du trapézoïde, puis la convexité du pôle supérieur du capitatum, et du pôle supérieur de l’hamatum.

La capsule recouvre l’ensemble des os du carpe, et elle va séparer les articulations radio- et médio-carpienne.

4 .Ligaments du poignet.

Le système ligamentaire sera prépondérant en avant du poignet.

1°) Système ligamentaire dévolu aux arthrodies.

Il y a une différence capitale entre les deux rangées.

-2ème rangée : les os ne bougent quasiment pas entre eux (Þ il y a des petits l inter-osseux et des l capsulaires).

-1ère rangée : les os sont très mobiles : il y a donc des l très importants, qui sont des ligaments articulaires : l scapholunaire et l triquetro-lunaire.

2°) Système ligamentaire proprement dit.

C’est un système capsulaire, de renforcement de la capsule.

En avant :

-l radiocarpien ventral (ou antérieur)

-l ulno-disco-carpien

-l radié de Poirier

En arrière : empêchent le glissement

-l radiocarpien dorsal (ou postérieur), ou l radio-triquetral

-l médiocarpien dorsal.

 

 

 CLIQUER SUR LE LIEN CI DESSOUS POUR TELECHARGER LE COUR

 doc articulationsdelaceinturedumembresuprieur.doc

 

 

Dans : Non classé
Par emfss
Le
A 21:47
Commentaires :1
 
 

pict0161.jpg

UNE VUE DE L’AMPHITEATRE DE LA EM 1

Dans : Non classé
Par emfss
Le
A 11:29
Commentaires : 0
 
 

COUR D’ANATOMIE

COUR D'ANATOMIE doc OSTEOLOGIE DU MEMBRE SUPERIEUR

CLIQUER SUR LE LIEN CI-DESSUS POUR TELECHARGER LE COUR

OSTEOLOGIE DU MEMBRE SUPERIEUR 

I)                 La Clavicule 

Définition 

Elle forme avec l’omoplate la ceinture scapulaire (os antérieur de cette ceinture). Elle est située à la partie supérieure du gril costal. Os allongé (1 seul point d’ossification secondaire), pair et asymétrique. C’est le point fixe de l’articulation de l’épaule. Elle relie le tronc au membre supérieur. 

 

Situation 

Os sous cutané tendu transversalement entre le sternum et l’acromion de l’omoplate, elle s’articule : 

·        en dedans avec le sternum par la surface articulaire sternale 

·        en dedans et en bas avec le 1er cartilage costal par la surface articulaire costale 

·        en dehors avec l’acromion par la surface articulaire acromiale

 

Orientation 

La face la plus rugueuse en bas, extrémité la plus massive en dedans et la petite courbure vers l’extérieur (grande convexité vers l’avant) 

 

Forme anatomique générale 

Os incurvé en S italique qui possède : 

2 faces : inférieure et supérieure 

2 bords : antérieur et postérieur 

2 extrémités : sternale et acromiale. L’extrémité sternale est la plus massive. 

Elle possède une convexité antérieure au 2/3 médiaux. 

 

Repères palpables 

Os sous cutané, entièrement palpable sauf face inférieure. 

Rapports 

Le plexus brachial 

L’artère sub-clavière puis axillaire 

La veine axillaire puis sub-clavière 

Le ganglion de Troisier à gauche 

Le dôme pleural 

 

Clinique 

Fracture de la clavicule (1/3 moyen) avec mobilité en touche de piano. Ostéosynthèse avec formation d’un cal osseux exubérant 

Syndrome canalaire de la pince costo-claviculaire (Syndrome de Raynaud). 

Ossification : C’est le premier os à commencer l’ossification (30ième jour in utero) et le dernier à la terminer (25 ans). 

 

II)              L’Omoplate (Scapula) 

Définition 

Os pair, plat et asymétrique. Elle forme avec la clavicule la ceinture scapulaire. 

 

Situation 

Elle est située à la face postérieure du gril costal, plaquée au regard des 7 et 2 côtes. Elle s’articule : 

·        avec la clavicule en haut et en dedans par la surface articulaire de l’acromion. 

·        en haut en dehors en avant par la cavité glénoïde avec la tête humérale. 

Il existe une syssarcose entre la face antérieure de l’omoplate et postérieure du gril costal. 

 

Orientation 

Pointe en bas, concavité vers l’avant, surface lisse en forme de poire vers le dehors. 

 

Forme anatomique générale 

Os mince, triangulaire, il présente 3 bords, 2 faces, 3 fosses et 3 angles : 

Bords : supérieur, latéral ou axillaire, médial ou spinal. 

Faces : antérieure ou costale, postérieure ou dorsale. 

Fosses : supra et infra épineuses à la face postérieure, sous scapulaire à la face antérieure. 

Angles : supérieur (2ième côte), moyen (4ième côte), inférieure (7ième côte). 

La cavité glénoïde est piriforme et présente un angle d’antéversion par rapport au corps. 

Présence d’un fibro-cartilage à la périphérie de la cavité glénoïde, le labrum. Triangulaire à la coupe, il augmente la concavité de la cavité. 

 

Repères palpables 

L’épine ; l’acromion ; la pointe inférieure ; le bord médial ; le processus coracoïde. 

 

Rapports 

Nerf supra-scapulaire : sous le ligament transverse 

Artère supra-scapulaire : au dessus du ligament transverse 

Artère circonflexe de l’omoplate 

 

Clinique 

Fracture de l’écaille de l’omoplate (pas d’immobilisation). 

Fracture du col de l’omoplate (intervention chirurgicale parfois nécessaire). 

Scapula alata dans la paralysie du grand dentelé. 

III)          L’Humérus 

Définition 

Os pair, asymétrique qui constitue le squelette du bras. Os long, 1 diaphyse, 2 épiphyses. 

 

Situation 

Il s’articule : 

·        en haut, en dedans et en arrière avec la cavité glénoïde de l’omoplate par sa tête. 

·        en bas avec l’avant-bras par l’intermédiaire de la palette humérale : 

·        en bas et en dehors avec le radius par le capitulum huméral. 

·        en bas et en dedans avec le cubitus par la trochlée humérale. 

·         

Orientation 

La surface sphérique en haut et en dedans, le bord le plus saillant en avant. 

Forme anatomique générale 

Os triangulaire à la coupe au 1/3 moyen de sa diaphyse, on lui décrit 3 faces et 3 bords : 

Ø face postérieure, face antéro-latérale, face antéro-médiale. 

Ø bord antérieur, bord médial, bord latéral. 

Tête de 30 mm de rayon représentant 1/3 de sphère. 

Angle cervico-diaphysaire de 130°. 

Palette humérale déjetée de 30 à 45° vers l’avant. 

Angle de rétroversion de la tête humérale de 20° par rapport à la palette humérale. 

Angle de la tête par rapport à l’horizontale : 45°. 

Repères palpables 

Tubercule majeur ; tubercule mineur ; épicondyle latéral et médial; sillon inter tubérositaire. 

Rapports 

Nerf axillaire (C5-C6), radial (C6-C7-C8-Th1), ulnaire (C8-Th1) 

Artères axillaire et humérale profonde 

Tendon longue portion du biceps et ligament huméral transverse. 

 

Clinique 

Fracture au niveau des cols : lésion du nerf axillaire (Plus d’abduction de l’épaule au dessus de 8°) 

Fracture au 1/3 moyen de la diaphyse : lésion du nerf radial (main en col de cygne) et lésion de l’artère humérale profonde. 

Fracture de l’épicondyle médial : lésion du nerf ulnaire (griffe cubitale) 

Inflammation de la synoviale du tendon de la longue portion du biceps : ténosynovite 

Luxation de la scapulo-humérale : contrôle du nerf axillaire à effectuer 

 

IV)          Le Radius 

Définition 

C’est l’os de la prono-supination. C’est l’os antéro-latéral de l’avant-bras. Os long (1diaphyse 2 épiphyses), pair et asymétrique, il forme avec le cubitus  le squelette de l’avant-bras. 

 

Situation 

Il s’articule : 

·        en haut avec le capitulum de l’humérus par la fossette articulaire radiale. 

·        en haut et en dedans avec le cubitus par la circonférence articulaire radiale. 

·        en bas et en dedans avec le cubitus par l’incisure ulnaire. 

·        en dedans avec le cubitus par la membrane interosseuse 

·        en bas avec le scaphoïde et le lunatum par la surface articulaire carpienne. 

La circonférence articulaire radiale est aussi articulée avec le ligament annulaire. 

 

Orientation 

La plus grosse extrémité vers le bas, pointe en dehors et gouttières en arrière. 

 

Forme anatomique générale 

Os triangulaire à la coupe au 1/3 moyen de sa diaphyse. Il possède donc 3 bords et 3 faces : 

Ø face latérale, face postérieure, face antérieure. 

Ø bords interosseux, bord antérieur, bord postérieur. 

La styloïde radiale descend 1cm plus bas que la styloïde ulnaire. 

 

Repères palpables 

Processus styloïde ; Tête ; Bord postérieur à partir du 1/3 moyen ; Tubercule postérieur 

 

Rapports 

Mouvement de prono-supination (le radius s’enroule autour de le cubitus qui reste fixe) 

Tendons des extenseurs, de dedans en dehors : 

Extenseur commun des doigts. 

Extenseur propre de l’index. 

Long extenseur propre du pouce. 

Long et court extenseur radiaux du carpe. 

Long abducteur et court extenseur du pouce. 

Nerf radial se divisant en 2 branches : antérieure et postérieure. 

Artère radiale 

Membrane interosseuse 

 

Clinique 

Fracture au niveau du col : lésion du radial (main en col de cygne) 

Fracture de Poutteau-Colles (fracture de l’épiphyse distale du radius) avec signe de Laugier (égalisation de la ligne bi-styloïdienne). Aspect de dos de fourchette de la main. 

Fracture de la diaphyse radiale peut compromettre le mouvement de prono-supination. Ténosynovite au niveau des tendons et de leur passage dans les gouttières. 

V)             Le Cubitus (Ulna) 

Définition 

C’est l’os postéro-médial de l’avant-bras. Os long (1 diaphyse, 2 épiphyses), pair et asymétrique, il forme avec le radius le squelette de l’avant-bras. 

 

Situation 

Il s’articule : 

·        en haut avec la trochlée de l’humérus par l’incisure trochléaire. 

·        en haut et en dehors avec le radius par l’incisure radiale 

·        en bas et en dehors avec le radius par la circonférence articulaire ulnaire 

·        en bas avec un ligament intra-articulaire (ligament triangulaire : fibrocartilage) qui s’articule lui-même avec le carpe. 

 

Orientation 

Grosse extrémité en haut, la concavité de cette extrémité en avant, la pointe de la petite extrémité en dedans. 

 

Forme anatomique générale 

Os qui a la tête en bas. 

Os triangulaire à la coupe au 1/3 moyen de sa diaphyse. On lui décrit donc 3 bords et 3 faces : 

Ø face antérieure, face postérieure, face médiale 

Ø bord interosseux, bord postérieur, bord antérieur 

 

Repères palpables 

L’olécrane ; Le processus styloïde ; Le bord postérieur de haut en bas 

 

Rapports 

Les tendons de part et d’autre de la styloïde : 

·        en dedans : fléchisseur ulnaire du carpe. 

·        en dehors : extenseur ulnaire du carpe. 

La membrane interosseuse 

 

Clinique 

Fracture de l’olécrane avec remontée de celle-ci en arrière de l’humérus (désorganisation des 3 points) 

Luxation entre le Cubitus et l’humérus : contracture reflex très puissante des muscles de l’articulation du coude (triceps, biceps, brachial antérieur) qui rend impossible la réduction sans anesthésie. 

L’incisure trochléenne du cubitus (Ulna) impose la direction des mouvements de flexion extension du coude. 

Fracture de la diaphyse peut compromettre les mouvements de prono-supination. 

 

VI)          La main 

Définition 

Organe terminal du membre supérieur, elle a un rôle sensitif et de préhension. Elle est paire et asymétrique. Elle est formée de 27 os constants répartis en 3 groupes : 

Ø le carpe (8 os) 

Ø le métacarpe (5 os) 

Ø les phalanges (14 os) Elle peut posséder également de nombreux osselets inconstants (les plus fréquents étant les sésamoïdes du pouce). Elle est mésaxonienne (centrée sur le 3ème doigt) 

Situation 

Scaphoïde et lunatum s’articulent en haut avec le radius. Le carpe s’articule en haut avec le cubitus par l’intermédiaire du ligament triangulaire. 

Orientation 

Le pouce à l’extérieur, la concavité en avant. 

Forme anatomique générale 

Creuse à tous les niveaux, concave vers l’avant
Carpe : 8 os pairs et asymétriques placés sur 2 rangées. Les os de la deuxième rangée sont articulés avec les métacarpiens. Tous les os du carpe sont articulés entre eux.
Les métacarpiens 2 à 5 sont triangulaires à la coupe. Les phalanges sont elles réniformes à la coupe. Les métacarpiens sont articulés aux phalanges par une articulation condylienne. Les phalanges s’articulent entre elles par des articulations trochléennes. L’articulation du 1er métacarpien est en selle : rhizarthrose. 

Repères palpables 

Le scaphoïde dans le fond de la tabatière anatomique. 

Le pisiforme ; Les métacarpiens ; Les phalanges. 

Rapports 

Le rétinaculum des fléchisseurs qui délimite le canal carpien. 

Clinique 

La fracture du carpe la plus fréquente est celle du scaphoïde (sa palpation dans le fond de la tabatière anatomique est alors douloureuse). 

Le lunatum peut se luxer vers l’avant et peut finir par se nécroser (palpable en avant du carpe comme un noyau de cerise) 

Fracture du 2émé métacarpien est celle du boxeur. 

 

CLIQUER SUR CE LIEN POUR TELECHARGER LE COURdoc OSTEOLOGIE DU MEMBRE SUPERIEUR

Dans : Non classé
Par emfss
Le
A 11:22
Commentaires : 0
 
 

Bonjour tout le monde !

Bienvenue sur le blog de la faculté des sciences de la santé de l’ Université Abdou Moumoni Dioffo de Niamey.   

Dans : Non classé
Par emfss
Le 23 octobre, 2008
A 23:11
Commentaires :1
 
 
 

SCIENCES PHYSIQUES EN PSI2 ... |
tpe1eres7 |
Les informations apportées ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Marilena
| Les Alpes 2008
| Exposé